Vous êtes ici : 
Missions du GTIA 2 (Man)
Les missions du groupement interarmes n° 2 dans l'ouest de la Côte-d'Ivoire en 2005

 

Les missions du GTIA 2 sont de soutenir la médiation du président d'Afrique du Sud – Thabo Mbeki – et les accords de Pretoria pour créer les conditions d'un retour à la paix propice au dialogue politique entre les belligérants.

Pour cela :

•    Surveiller et contrôler l'ensemble de la zone d'action en coopération avec l'ONUCI, en faisant effort sur les frontières pour faire respecter l'embargo sur les armes, et sur la zone de confiance pour interdire toute confrontation directe entre belligérants.

•    Fournir une force de réaction rapide en mesure d'intervenir au profit de l'ONUCI, des besoins Licorne, des populations menacées ou des ressortissants.

•    Dans le cadre de la force de réaction rapide, reconnaître les zones possibles d'intervention et s'entraîner aux procédures d'intervention en coordination avec l'ONUCI.

•    Soutenir les transports et les mouvements.

•    Communiquer localement si nécessaire.

Sur ordre, participer au plan d'évacuation des ressortissants.
En mesure de participer, en soutien, à la sécurité des ministres du gouvernement de réconciliation nationale.
En permanence, et sur ordre, mettre en œuvre le plan d'évacuation ou de protection des ressortissants de San Pedro.
En cas de déclenchement du plan de désarmement, démobilisation, réinsertion (DDR*), renforcer la sécurité générale des zones de Man et de Guiglo.

*le plan DDR s'est déclenché durant la mission du GTIA 2.

Sur le terrain, dans les zones d'intervention, peuvent se retrouver plusieurs forces armées pas toujours faciles à identifier hormis les casques Bleus de l'ONU et les soldats français. 

Retour en haut de page
09/12/2012
Procès Mahé : un militaire acquitté, trois autres condamnés avec sursis
08/12/2012
Affaire Firmin Mahé : pourquoi la Cour d'assises a bien jugé les 4 militaires accusés de meurtre
07/12/2012
La défense plaide l'humanité des soldats
05/12/2012
RFI : Affaire Firmin Mahé : «On a bien une confrontation entre la légalité et la légitimité»

Mon dégoût d'entendre le Général Poncet continuer à nier.

Nicole Didot