professionnalisme militaires français

professionnalisme militaires français

Déclarations au Sénat de Michèle Alliot-Marie le 2 décembre 2004 sur les questions de Côte-d’Ivoire en particulier sur le professionnalisme des milita

Vous êtes ici : 
Actualités
Professionnalisme militaires français en Côte-d’Ivoire - Michèle Alliot-Marie - Sénat 2004

Jeudi 2 décembre 2004

A l’occasion de la séance de questions d’actualité au gouvernement, Madame Michèle Alliot-Marie, ministre de la défense, a déclaré ce jour au Sénat : Sur le professionnalisme des militaires français en Côte d’Ivoire.

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les Sénateurs,
Monsieur Del Picchia,

Je voudrais vous remercier pour votre témoignage. Il rejoint les très nombreux témoignages que je reçois et qui vont tous dans le même sens, comme c’est aussi le cas des témoignages que je reçois de la part du Collectif des rapatriés de Côte d'Ivoire. Il y a en effet, depuis quelques jours, une véritable opération de communication orchestrée par le président de Côte d'Ivoire. Une opération qui tend à détourner l’attention de ce qui s’est réellement passé en Côte d’Ivoire, et notamment la violation par le gouvernement ivoirien du cessez-le-feu imposé et décrété par le Conseil de sécurité des Nations Unies.

Une opération qui cherche à détourner l’attention de l’attaque injustifiable et délibérée sur nos soldats à Bouaké. Nos soldats étaient là simplement dans le cadre d’une mission de Paix. Cette attaque a fait des morts et des blessés, vous venez de le rappeler. Une opération qui vise à détourner l’attention de toutes les exactions, les pillages, les viols dont ont été victimes nos compatriotes, les Européens et, d’une façon générale, les étrangers installés à Abidjan, à la suite de campagnes haineuses d’appel à la « chasse aux Blancs », encouragées par les radios et télévisions d’Abidjan. Face à cela, je crois qu’il convient de rétablir quelques vérités.
La première de ces vérités, c’est qu’en face de nos soldats, il ne s’agissait pas d’une foule désarmée. Cette foule était encadrée par un certain nombre de gens, et notamment ces jeunes qui font partie du groupe que l’on appelle les « jeunes patriotes ». Ils étaient armés de kalachnikov, de fusils à pompe et de pistolets. Deuxième vérité, nos armées sont présentes en Côte d’Ivoire dans le cadre d’un mandat de l’ONU et elles ont intégralement respecté toutes les règles du droit international sur l’engagement du feu. Leur mission principale était de protéger les étrangers qui pouvaient être pris à partie en Côte d'Ivoire. C’est ce qui a été fait, non sans difficulté ; chacun a vu comment certains ont dû être extraits et hélitreuillés, alors qu’ils étaient menacés par la foule. Troisième vérité, nos soldats ont été conduits à faire usage de leurs armes, sous les formes de tirs de sommation d’abord, ensuite de tirs de dissuasion et enfin, de tirs réels dans des opérations qui étaient de vraies opérations militaires.Et ce, dans quatre circonstances : La première, c’est lorsque l’armée française a dû assurer sa capacité à accueillir des renforts et à assurer les rapatriements via l’aéroport d’Abidjan. Les Fanci ont tiré sur nos soldats pour les empêcher de pouvoir s’installer sur l’aéroport. Nous avons eu des blessés et il y a probablement eu des morts et des blessés côté ivoirien.

La deuxième opération, qui a eu lieu dans la nuit du samedi 6 au dimanche 7, a été une opération de tentative de récupération par les Ivoiriens, de l’aéroport sur lequel nous étions installés. Là-aussi, une tentative de récupération avec une foule entourée de gens armés et avec des véhicules à l’avant. Là, nos hélicoptères ont dû intervenir, d’abord avec des tirs de sommation, puis des tirs de dissuasion, et ensuite des tirs non pas sur la foule - il y aurait eu des centaines, voire des milliers de morts si cela avait été le cas - mais simplement sur les premières personnes qui étaient devant et notamment sur les véhicules. Il y a eu ensuite des embuscades dans lesquelles ont été prises nos troupes qui venaient du Nord pour apporter un soutien et protéger les Français à Abidjan. Il y a eu quatre échauffourées au total. Puis, il y a eu ce qui s’est passé à l’Hôtel Ivoire où, après avoir sécurisé puis évacué les Français, on a empêché nos soldats de quitter les lieux, et où il y a eu notamment une insuffisance d’intervention de la gendarmerie ivoirienne. Nos soldats ont dû, toujours dans les mêmes conditions, ouvrir le feu d’une part, pour protéger une batterie dont les manifestants voulaient s’emparer et d’autre part, pour empêcher qu’un de nos militaires poussé au milieu de la foule par un gendarme ivoirien ne soit lynché. Alors, comme vous le disiez, un mort, c’est toujours un mort de trop. Mais il faut savoir que le bilan présenté par les Ivoiriens n’est pas du tout celui qui est présenté aujourd’hui et qui parle de 58 morts ; dans un rapport, le ministre de la Santé ivoirien a lui-même précisé que plus de la moitié des victimes était en fait des gens morts dans des mouvements de foule ou dans des règlements de compte, notamment entre les 3 400 détenus de droit commun qui ont été libérés pendant les émeutes d’Abidjan. La réalité est donc, comme nous l’avons dit, d’une vingtaine de morts.

En regardant ces quatre opérations, vous vous rendez compte que les militaires français ont fait preuve d’une parfaite retenue, d’un grand sang-froid et d’un grand professionnalisme. Nous pouvons être fiers d’eux et les remercier.

Centre Presse :
BP 33 – 00445 Armées
Tél. : +331 44 42 54 02
Fax : +331 44 42 41 22
Contact : presse @dicod.defense.gouv.fr

Centre presse Armées - Minsitère de la défense - déclaration du 2 décembre 2004

09/12/2012 + Procès Mahé : un militaire acquitté, trois autres condamnés avec sursis
"On n'est pas des salauds". C'est par ces mots qu'Eric Burgaud, ancien colonel des chasseurs alpins, a brièvement...
08/12/2012 + Affaire Firmin Mahé : pourquoi la Cour d'assises a bien jugé les 4 militaires accusés de meurtre
La Cour d'assises de Paris a prononcé vendredi un acquittement et de la prison avec sursis pour les quatre militaires français accusés du meurtre de...
07/12/2012 + La défense plaide l'humanité des soldats
Un fil rouge relie le "petit gradé" Ben Youssouf, pilote de blindé, le brigadier Schnier, son alter ego du 4e Régiment de chasseurs, l'adjudant-chef...
05/12/2012 + RFI : Affaire Firmin Mahé : «On a bien une confrontation entre la légalité et la légitimité»
En 2005, le colonel Cotard était porte-parole de la force Licorne à Abidjan. Il témoigne aujourd'hui au micro de Christophe Boisbouvier pour Rfi
30/11/2012 + Le Colonel Burgaud assume ses responsabilités de chef
Au troisième jour du procès de l'affaire Mahé, Nathalie Guibert pour Le Monde, retranscrit avec force et objectivité, les paroles du colonel Eric...
07/11/2004 - Interview du général BENTEGEAT: Engagement de la force Licorne
Le 7 novembre 2004, le général Bentegeat répond dans une interview sur TV5 en expliquant le rôle de la force Licorne en complément et en soutien aux...
29/11/2005 - Trois soldats arrêtés - Affaire Mahé
Dans l'Express du mardi 29 novembre 2005: Trois soldats ont été placés en garde à vue à Paris dans le cadre de "l'affaire Mahé", du nom de l'Ivoirien...
03/11/2005 - En attendant la justice civile, les blâmes militaires
Les six soldats français mis en cause dans le meurtre de Firmin Mahé ont été sanctionnés par le ministère.
19/10/2005 - COTE D'IVOIRE - Alliot-Marie suspend un général
Dans le Petit Journal du - article du 19 octobre 2005: Trois militaires français, dont l'ancien commandant de l'opération "Licorne" en Côte...
28/10/2005 - Affaire Poncet - Paris tente de calmer le jeu
Les autorités militaires tentent de calmer concernant le meurtre présumé d'un Ivoirien par des soldats français en Côte-d'Ivoire, qui a provoqué la...
20/10/2005 - Suspension du général Poncet
Le Patriote explique le 20 octobre 2005 pourquoi la ministre Michele Alliot-Marie a estimé que c’était nécessaire de limoger les militaires.
20/10/2005 - Côte-d'Ivoire: Suspension de Poncet mécontente les Français
Selon Abidjan.net, le 20/10/2005, la suspension du général Poncet, ancien commandant des troupes françaises en Côte-d'Ivoire, laisse indifférent les...
19/10/2005 - Général Poncet : une suspension qui secoue l’armée
Le site www.armees.com retranscrit un article du journal Le Monde sur la suspension du général Poncet et des autres militaires impliqués dans...
18/10/2005 - Suspension d'un général français : une information judiciaire a été ouverte
La suspension du général Poncet - juste nommé général trois étoiles - et des autres militaires impliqués fait scandale sur la place publique. On...
06/11/2012 - Côte d'Ivoire : découverte de fosses communes
  ABIDJAN, Côte d'Ivoire (Sipa-AP) -- De nouvelles fosses communes ont été découvertes en Côte...
18/10/2005 - Le général Poncet est suspendu
L’ancien chef de l’opération Licorne en Côte-d’Ivoire aurait couvert la mort suspecte d’un Ivoirien interpellé par des soldats français en mai...
25/03/2005 - L'instabilite en Côte-d'Ivoire menace le processus de paix en mars 2005, l'attaque de Logouale
L'instabilite en Cote-d'Ivoire, retour sur l'attaque de Logouale - article du Monde en mars 2005
13/04/2005 - Ce qu'a vraiment fait la France en Côte-d'Ivoire à Abidjan en 2004
L’armée française a-t-elle fait un usage disproportionné de la force lors des affrontements d’Abidjan en novembre 2004 ? Les forces françaises...
25/03/2005 - Mars 2005, il faut sauver le processus de paix en Côte-d'Ivoire
Pour sauver le processus de paix qui est au point mort, tous les protagonistes de la crise ivoirienne, se rencontrent le vendredi 25 mars 2005, en...
14/12/2005 - Bouaké: le général Poncet met en cause Gbagbo
Bombardement de Bouaké : le général Poncet met en cause l'entourage de Laurent Gbagbo.
Retour en haut de page