l'aprés-guerre traumatisme soldats

l'aprés-guerre traumatisme soldats

SAUVER CE QUI RESTE. MON FILS EN MORCEAUX Ce ne fut pas une déception, mais de la peur, que Josyane a ressentie quand son fils Bertrand lui a dit q

Vous êtes ici : 
Actualités
L'aprés-guerre - Traumatisme de soldats - Témoignage

Lundi 22 octobre 2012

"SAUVER CE QUI RESTE. MON FILS EN MORCEAUX"
Ce ne fut pas une déception, mais de la peur, que Josyane a ressentie quand son fils Bertrand lui a dit qu'il quittait son travail de vendeur de voiture pour s'engager. "J'avais des gens proches qui ont fait la guerre d'Algérie et je sais comment ils sont revenus", dit-elle.
Le recruteur de l'armée avait assuré que son régiment n'était pas de ceux qui partaient en opérations de guerre. Il en est allé autrement après l'école des sous-officiers de Saint-Maixent (Deux-Sèvres), d'où Bertrand est sorti avec les félicitations. En 2001, il part en Guyane. Puis c'est l'Afrique, deux fois, à la frontière du Liberia et en Côte d'Ivoire. Ces événements le hantent encore, la nuit. Pour le sergent, "l'Afgha" est arrivé en juin 2006.
"La mission de trop", dit cette mère de 63 ans, qui parle sans pouvoir s'interrompre. Son enfant, son fils, est gravement handicapé après une tentative de suicide. En Afghanistan, il s'est senti mal tout de suite. Un matin, à 5 heures, Bertrand a appelé ses parents, en pleine crise confusionnelle : "Sauve-moi. Je veux aller chercher mes hommes. Je ne les trouve pas. Je suis tout seul." Il n'a pas été "rapatrié sanitaire".
Quand il est rentré en novembre 2006, il ne dormait plus depuis quatre mois et avait perdu 10kg. Au retour, cependant, il n'a pas été pas pris en charge; le régiment a aménagé son poste. Son dossier médical est resté vide.
La première tentative de suicide s'est produite trois mois plus tard. Bertrand s'est pendu dans la chambre de son régiment, dans le centre de la France. La deuxième tentative a eu lieu chez des amis quelques jours après. Le coma, cette fois, a laissé des séquelles profondes.
"Quand cela vous arrive, vous êtes tellement anéanti que vous ne pensez qu'à sauver ce qui reste. Mon fils en morceaux! On n'a pas le temps d'en vouloir à quelqu'un. On est anéanti pour des mois, des années."
Bertrand a été radié après douze ans d'armée. Depuis sa sortie d'hôpital, en juillet 2007, la maison bretonne de ses parents est toute tournée vers le jeune homme. Kiné, orthophoniste, psychiatre, psychologue... le couple s'est épuisé dans les soins. Yves et Josyane ont abandonné tous leurs projets de jeunes retraités. Ils se sont relayés nuit et jour pendant des mois à son chevet. Parfois, ils ont dû l'attacher tant les cauchemars étaient puissants. Le diagnostic du syndrome post-traumatique a été posé par un médecin civil. Les services de la défense n'ont pas voulu imputer la blessure au service. Pourtant les expertises concordent. La famille est en procès devant le tribunal des pensions militaires.
Bertrand, 38 ans, ne peut se concentrer ni sortir seul. Il marche à petits pas, en se retournant sans cesse, perd l'équilibre. Les bruits lui rappellent les tirs. "Il pleure encore, avec de tout petits cris, tout revient alors dans ces moments." Sa mère ne réclame pas des millions. "Il faut le protéger. Il a besoin d'une vie très calme. Qu'on la lui accorde, pour le jour où nous ne serons plus là."
Son fils a gardé sa mémoire ancienne. Il pleure dès qu'il entend La Marseillaise. Il demande à reprendre le sport. Lui qui tient à peine debout, a dévalé une pente à ski, comme il aimait à le faire, à Briançon avec l'armée.

Nathalie Guibert - Le Monde - 22/10/2012

09/12/2012 + Procès Mahé : un militaire acquitté, trois autres condamnés avec sursis
"On n'est pas des salauds". C'est par ces mots qu'Eric Burgaud, ancien colonel des chasseurs alpins, a brièvement...
08/12/2012 + Affaire Firmin Mahé : pourquoi la Cour d'assises a bien jugé les 4 militaires accusés de meurtre
La Cour d'assises de Paris a prononcé vendredi un acquittement et de la prison avec sursis pour les quatre militaires français accusés du meurtre de...
07/12/2012 + La défense plaide l'humanité des soldats
Un fil rouge relie le "petit gradé" Ben Youssouf, pilote de blindé, le brigadier Schnier, son alter ego du 4e Régiment de chasseurs, l'adjudant-chef...
05/12/2012 + RFI : Affaire Firmin Mahé : «On a bien une confrontation entre la légalité et la légitimité»
En 2005, le colonel Cotard était porte-parole de la force Licorne à Abidjan. Il témoigne aujourd'hui au micro de Christophe Boisbouvier pour Rfi
30/11/2012 + Le Colonel Burgaud assume ses responsabilités de chef
Au troisième jour du procès de l'affaire Mahé, Nathalie Guibert pour Le Monde, retranscrit avec force et objectivité, les paroles du colonel Eric...
05/12/2012 - RFI : Affaire Firmin Mahé : «On a bien une confrontation entre la légalité et la légitimité»
En 2005, le colonel Cotard était porte-parole de la force Licorne à Abidjan. Il témoigne aujourd'hui au micro de Christophe Boisbouvier pour Rfi
30/11/2012 - Le Colonel Burgaud assume ses responsabilités de chef
Au troisième jour du procès de l'affaire Mahé, Nathalie Guibert pour Le Monde, retranscrit avec force et objectivité, les paroles du colonel Eric...
29/11/2012 - Colonel Eric Burgaud - Officier de vocation "juste et droit"
Au début du procès de l'affaire Mahé, Nathalie Guibert pour Le Monde, reprend les biographies des quatre militaires français, impliqués dans la mort...
23/11/2012 - Des parties civiles de la famille de Mahé ne peuvent venir au procès
Faute de passeports et de visas, malgré la prise en charge de leur transfert par la justice française, des ivoiriens de la famille de Mahé pourraient...
23/11/2012 - MAM citée comme témoin dans l'Affaire Mahé
L'ancienne ministre de la défense de Jacques Chirac, Michèle Alliot-Marie (MAM), a été citée comme témoin par Maître Jean Balan, l'avocat d'un des...
20/11/2012 - FRCI Côte-d'Ivoire - Violation des droits humains
Les Forces Républicaines de Côte d'Ivoire (connues sous l'abréviation FRCI) qui constituent l'armée nationale, ont commis de multiples violations des...
05/03/2005 - Chroniques d’une Côte-d’Ivoire perdue
L’ancien porte-parole de la Force Licorne, Georges Peillon dit Georges Neyrac, jette un regard critique sur la guerre qui déchire la Côte d’Ivoire....
07/11/2004 - Interview du général BENTEGEAT: Engagement de la force Licorne
Le 7 novembre 2004, le général Bentegeat répond dans une interview sur TV5 en expliquant le rôle de la force Licorne en complément et en soutien aux...
29/11/2005 - Trois soldats arrêtés - Affaire Mahé
Dans l'Express du mardi 29 novembre 2005: Trois soldats ont été placés en garde à vue à Paris dans le cadre de "l'affaire Mahé", du nom de l'Ivoirien...
03/11/2005 - En attendant la justice civile, les blâmes militaires
Les six soldats français mis en cause dans le meurtre de Firmin Mahé ont été sanctionnés par le ministère.
19/10/2005 - COTE D'IVOIRE - Alliot-Marie suspend un général
Dans le Petit Journal du - article du 19 octobre 2005: Trois militaires français, dont l'ancien commandant de l'opération "Licorne" en Côte...
28/10/2005 - Affaire Poncet - Paris tente de calmer le jeu
Les autorités militaires tentent de calmer concernant le meurtre présumé d'un Ivoirien par des soldats français en Côte-d'Ivoire, qui a provoqué la...
20/10/2005 - Suspension du général Poncet
Le Patriote explique le 20 octobre 2005 pourquoi la ministre Michele Alliot-Marie a estimé que c’était nécessaire de limoger les militaires.
20/10/2005 - Côte-d'Ivoire: Suspension de Poncet mécontente les Français
Selon Abidjan.net, le 20/10/2005, la suspension du général Poncet, ancien commandant des troupes françaises en Côte-d'Ivoire, laisse indifférent les...
19/10/2005 - Général Poncet : une suspension qui secoue l’armée
Le site www.armees.com retranscrit un article du journal Le Monde sur la suspension du général Poncet et des autres militaires impliqués dans...
Retour en haut de page