pourquoi qui voulu

pourquoi qui voulu

Dimanche 6 novembre 2005 - Un an après le bombardement de Bouaké, les soldats de Licorne rendent hommage aux neuf militaires français tués.

Vous êtes ici : 
Actualités
Pourquoi et qui a voulu tuer les 9 militaires français à Bouaké en novembre 2004 ?

Dimanche 6 novembre 2005

BOUAKE, Côte d'Ivoire (AP) -- Les soldats français ont rendu hommage dimanche aux neuf militaires de l'opération Licorne tués lors du bombardement aérien de leur base de Bouaké dans le nord de la Côte d'Ivoire il y a un an.

"L'Histoire nous dira qui a voulu (...), par des attaques délibérées contre des soldats français venus simplement aider les Ivoiriens (...), affaiblir les liens profonds qui unissent nos deux pays", a dit le général Elrick Irastorza, commandant de la force Licorne, lors d'une cérémonie du souvenir à Bouaké à laquelle participaient des diplomates français, des casques bleus, et une cinquantaine de soldats français de l'infanterie et de la marine.

Neuf soldats français et un civil américain avaient été tués et trente cinq autres soldats blessés le 6 novembre 2004 lors d'un bombardement par des avions des forces ivoiriennes, survenu au troisième jour d'une offensive de l'armée ivoirienne contre les rebelles occupant le nord du pays, dont Bouaké. Les responsables ivoiriens ont oscillé entre deux versions: la première affirmant que le bombardement était accidentel, la seconde niant toute attaque contre la base française.

En représailles, la France a détruit la majorité des moyens aériens de l'armée ivoirienne sur ordre du président Jacques Chirac. Des émeutes avaient suivi, au cours desquelles les expatriés français ont été pris pour cible. Lors de ces émeutes, les hommes de la force Licorne ont ouvert le feu contre la foule de partisans du président Laurent Gbagbo à Abidjan, la principale ville du pays.

Des responsables ivoiriens ont affirmé qu'au moins 60 citoyens ont été tués dans cette manifestation et dans d'autres incidents impliquant des soldats français. La ministre de la Défense Michèle Alliot-Marie a avancé pour sa part que seulement une vingtaine de personnes avaient été tuées et que les soldats français avaient agi en légitime défense. La France a ouvert une enquête judiciaire en janvier dernier sur le bombardement de Bouaké. AP

Daniel Balint-Kurti - Nouvel Obs

09/12/2012 + Procès Mahé : un militaire acquitté, trois autres condamnés avec sursis
"On n'est pas des salauds". C'est par ces mots qu'Eric Burgaud, ancien colonel des chasseurs alpins, a brièvement...
08/12/2012 + Affaire Firmin Mahé : pourquoi la Cour d'assises a bien jugé les 4 militaires accusés de meurtre
La Cour d'assises de Paris a prononcé vendredi un acquittement et de la prison avec sursis pour les quatre militaires français accusés du meurtre de...
07/12/2012 + La défense plaide l'humanité des soldats
Un fil rouge relie le "petit gradé" Ben Youssouf, pilote de blindé, le brigadier Schnier, son alter ego du 4e Régiment de chasseurs, l'adjudant-chef...
05/12/2012 + RFI : Affaire Firmin Mahé : «On a bien une confrontation entre la légalité et la légitimité»
En 2005, le colonel Cotard était porte-parole de la force Licorne à Abidjan. Il témoigne aujourd'hui au micro de Christophe Boisbouvier pour Rfi
30/11/2012 + Le Colonel Burgaud assume ses responsabilités de chef
Au troisième jour du procès de l'affaire Mahé, Nathalie Guibert pour Le Monde, retranscrit avec force et objectivité, les paroles du colonel Eric...
29/11/2005 - Trois soldats arrêtés - Affaire Mahé
Dans l'Express du mardi 29 novembre 2005: Trois soldats ont été placés en garde à vue à Paris dans le cadre de "l'affaire Mahé", du nom de l'Ivoirien...
03/11/2005 - En attendant la justice civile, les blâmes militaires
Les six soldats français mis en cause dans le meurtre de Firmin Mahé ont été sanctionnés par le ministère.
19/10/2005 - COTE D'IVOIRE - Alliot-Marie suspend un général
Dans le Petit Journal du - article du 19 octobre 2005: Trois militaires français, dont l'ancien commandant de l'opération "Licorne" en Côte...
28/10/2005 - Affaire Poncet - Paris tente de calmer le jeu
Les autorités militaires tentent de calmer concernant le meurtre présumé d'un Ivoirien par des soldats français en Côte-d'Ivoire, qui a provoqué la...
20/10/2005 - Suspension du général Poncet
Le Patriote explique le 20 octobre 2005 pourquoi la ministre Michele Alliot-Marie a estimé que c’était nécessaire de limoger les militaires.
20/10/2005 - Côte-d'Ivoire: Suspension de Poncet mécontente les Français
Selon Abidjan.net, le 20/10/2005, la suspension du général Poncet, ancien commandant des troupes françaises en Côte-d'Ivoire, laisse indifférent les...
19/10/2005 - Général Poncet : une suspension qui secoue l’armée
Le site www.armees.com retranscrit un article du journal Le Monde sur la suspension du général Poncet et des autres militaires impliqués dans...
18/10/2005 - Suspension d'un général français : une information judiciaire a été ouverte
La suspension du général Poncet - juste nommé général trois étoiles - et des autres militaires impliqués fait scandale sur la place publique. On...
06/11/2012 - Côte d'Ivoire : découverte de fosses communes
  ABIDJAN, Côte d'Ivoire (Sipa-AP) -- De nouvelles fosses communes ont été découvertes en Côte...
18/10/2005 - Le général Poncet est suspendu
L’ancien chef de l’opération Licorne en Côte-d’Ivoire aurait couvert la mort suspecte d’un Ivoirien interpellé par des soldats français en mai...
25/03/2005 - L'instabilite en Côte-d'Ivoire menace le processus de paix en mars 2005, l'attaque de Logouale
L'instabilite en Cote-d'Ivoire, retour sur l'attaque de Logouale - article du Monde en mars 2005
13/04/2005 - Ce qu'a vraiment fait la France en Côte-d'Ivoire à Abidjan en 2004
L’armée française a-t-elle fait un usage disproportionné de la force lors des affrontements d’Abidjan en novembre 2004 ? Les forces françaises...
25/03/2005 - Mars 2005, il faut sauver le processus de paix en Côte-d'Ivoire
Pour sauver le processus de paix qui est au point mort, tous les protagonistes de la crise ivoirienne, se rencontrent le vendredi 25 mars 2005, en...
14/12/2005 - Bouaké: le général Poncet met en cause Gbagbo
Bombardement de Bouaké : le général Poncet met en cause l'entourage de Laurent Gbagbo.
19/11/2005 - Enquête : mort de Mahé un coupeur de route !
Pourquoi a-t-il fallu cinq mois pour rompre le secret sur la mort de Firmin Mahé, tué par les militaires français en Côte-d’Ivoire ?
Retour en haut de page