enquête mort mahé

enquête mort mahé

Pourquoi a-t-il fallu cinq mois pour rompre le secret sur la mort de Firmin Mahé, tué par les militaires français en Côte-d’Ivoire ?

Vous êtes ici : 
Actualités
Enquête : mort de Mahé un coupeur de route !

Samedi 19 novembre 2005

Dans cette zone dite de « confiance » - en réalité, une zone de non-droit entre l’armée rebelle du Nord de la Côte d'Ivoire et les forces présidentielles du Sud -, le contingent de l’ONU ne veut pas faire la police et c’est l’armée française qui doit s’en charger. Ici, voilà des mois que les bandes de « coupeurs de route » attaquent les camionneurs et les villageois, les rançonnent, volent, violent, tuent et sèment la terreur. « Mahé », l’homme capturé ce vendredi 13 mai par une section du 13e bataillon de chasseurs alpins, est d’ailleurs réputé être un criminel dangereux. Sauf qu’il est blessé et allongé à l’arrière du blindé. Et c’est un soldat français, en uniforme, qui pèse sur lui et l’étouffe, en silence et dans l’obscurité, comme cette affaire, qui aurait dû rester secrète. Les chasseurs alpins sont connus pour leur esprit de corps. En Afrique, personne n’a parlé.

Une fois les troupes rentrées en France, la rumeur a couru mais l’omerta a été respectée, pendant cinq longs mois, jusqu’au hasard d’une rencontre à fin du mois de septembre dans les couloirs d’un ministère à Paris. Ce jour-là, deux officiers attendent d’être reçus par la direction du personnel. L’un est un « Breton », un lieutenant-colonel basé à Rennes ; l’autre, un officier chasseur alpin revenu de Côte d’Ivoire. Les deux hommes parlent et l’ancien officier de Licorne, troublé et mal à l’aise, finit par raconter l’affaire « Mahé ». Choqué, le « Breton » lui conseille de tout raconter au plus vite. Ce qu’il fait, face au responsable du personnel, qui l’écoute avec attention mais reste apparemment sans réaction. Le 5 octobre, de retour à Rennes, le « Breton » est appelé à accompagner son supérieur, le général Bezacier, pour un voyage officiel de cinq jours au Chili. Il l’informe. Ancien commandant du centre de doctrine d’emploi des forces et nommé à la tête de la région Terre Nord-Ouest, le général Bezacier est connu pour être un fervent partisan de la transparence. Le 10 octobre, à son retour du Chili, il s’étonne du silence qui continue à régner à Paris et téléphone aussitôt à l’un de ses amis, un général de l’état-major de l’armée de terre. Ensuite, tout va très vite. A la tête de l’opération Licorne au moment des faits, il y a le général Henri Poncet et son adjoint en opérations, Renaud de Malaussène, devenu depuis chef des forces multinationales en Bosnie. Ce dernier, responsable de la brigade alpine, a la réputation d’un militaire sans histoires, catholique très pratiquant, droit et honnête. Contacté par Paris, il reconnaît aussitôt les faits et envoie un rapport écrit.

Les faits ? Ils sont très éloignés du rapport officiel émis par Licorne. Le texte, diffusé le 17 mai, parle « d’un dénommé Mahé, connu comme étant le chef d’une bande de coupeurs de route recherchés pour de nombreuses exactions en avril » - 5 morts, 9 blessés, 4 viols -, qui a « ouvert le feu en direction des éléments de la force Licorne ». Les militaires français, « en état de légitime défense, ont riposté ». Le suspect, « blessé très grièvement », arrêté, est « mort des suites de ses blessures pendant son transfert à l’hôpital »... Tout est faux ou presque. En réalité, Firmin Mahé, repéré le matin sur indication de villageois, a été pris en chasse dans une zone de marécages et de brousse. Le fuyard, arrêté quinze jours plus tôt et confié à la justice ivoirienne, avait été très vite remis en liberté. Cette fois, les soldats français ouvrent le feu mais il réussit encore à s’enfuir à travers la forêt. Dans l’après-midi, Mahé est retrouvé au bord d’une route, blessé à la jambe par une balle française de calibre 5,56. Il est d’abord soigné par l’infirmier militaire du poste de Bangolo du GTIA 2 puis emmené vers l’hôpital de Man. Dans le véhicule blindé léger, trois chasseurs alpins, dont l’adjudant-chef Rogel. Et à l’arrivée, un médecin français qui constate le décès, avant de confier le corps à la morgue. Mahé n’était pas armé, il n’a pas ouvert le feu, n’a pas été grièvement blessé et il n’est pas mort de ses blessures mais par étouffement. Le soir, de retour au camp, quand les soldats rendent compte, leur commandant, le colonel Burgaud, décide d’appeler Abidjan. Le général Poncet et le général de Malaussène sont informés au petit matin et ils décident de valider les différents rapports qui leur ont été envoyés : des faux.

Ne reste plus qu’à oublier l’affaire au plus vite. En plein week-end de la Pentecôte, l’officier chargé de la communication, qui rédige les communiqués, est allé se reposer au bord de la mer à une heure de la capitale. Personne ne l’appelle. A son retour, il découvre le texte final publié en hâte, s’étonne mais ne pose pas de questions. A Abidjan, la présidence ivoirienne ne réagit pas, la presse ne mentionne pas l’incident et personne ne s’émeut de la mort d’un bandit de grand chemin abattu dans la brousse, sort réservé à ceux qui sont recherchés et retrouvés par les forces de police ivoiriennes. D’ailleurs, depuis la disparition de Firmin Mahé, les exactions ont cessé dans la région. Et sa famille n’a pas réclamé le corps de la victime, qui aurait été enterré dans une fosse commune.

Quant à l’armée française basée en Côte d’Ivoire, elle a d’autres préoccupations. Il y a d’abord les suites politiques de l’accord signé à Pretoria, un accord de plus pour essayer en vain d’en finir avec un pays coupé en deux et des adversaires toujours prêts à en découdre de part et d’autre d’une « zone de confiance » tenue par les forces de l’Onuci et de l’opération Licorne depuis près de trois ans. Il y a aussi des soucis internes au camp français, comme l’affaire des « lettres anonymes » envoyées par les « épouses du 43e Bima » au ministère de la Défense et à Jacques Chirac, lettres que la presse ivoirienne s’empresse de publier. La décision de faire rentrer en France les familles des soldats du 43e Bima a provoqué un vent de colère parmi les épouses des soldats, qui ne comprennent pas ce retour programmé, dans une période de calme, six mois après avoir vécu les événements violents de novembre 2004, quand le pays était en proie aux émeutes antifrançaises. Les lettres accusent « l’officier supérieur commandant de la force Licorne », en clair le général Poncet, de vouloir libérer les villas de fonction pour pouvoir loger ses officiers en mission pour quatre mois. L’affaire a pris une telle ampleur que le général Bentegeat, chef d’état-major des armées, est attendu le 17 mai pour une visite de trois jours où la décision sera expliquée à l’ensemble des familles du 43e. Autre dossier en suspens, une accusation de viol collectif sur mineure contre les hommes du GTIA 2 à Odienné, accusation exploitée par la presse ivoirienne comme une nouvelle arme contre Licorne et la présence française. L’enquête établira que le crime de viol collectif sur mineure n’est en réalité qu’une dispute de gros sous entre un proxénète et quatre soldats français un peu imprudents. C’est dans ce climat que survient la visite du général Henri Bentegeat. Pendant trois jours, le chef d’état-major et le général Poncet, chef de Licorne, ont des entretiens permanents où ils évoquent tous les problèmes en Côte d’Ivoire. C’est la troisième visite du général Bentegeat dans le pays, les deux hommes se connaissent, ils se tutoient mais le général Poncet ne souffle mot de l’affaire « Mahé » à son supérieur, connu pour son obsession de la légalité. Quand l’affaire éclate à l’automne, le chef d’état-major appelle l’ancien chef de Licorne, rapatrié le 15 juin, héros décoré par Jacques Chirac le 13 juillet, nommé, à Bordeaux, à la tête de la région Terre Sud-Ouest et promis au plus grand avenir après ses résultats dans l’évacuation des ressortissants français pendant la crise de novembre dernier. « Pourquoi est-ce que tu ne m’as rien dit à Abidjan ? » a demandé le chef d’état-major. « Parce que tu aurais évidemment prévenu les prévôts [la police militaire], a répondu le général Poncet, et c’est bien ce que je ne voulais pas... » Poncet assume sa décision d’avoir couvert ses hommes et leur crime, comme il a reconnu avoir falsifié le rapport envoyé à Paris et sa décision de mentir à son chef d’état-major. Depuis, le général Bentegeat, profondément choqué, dit que « la confiance ne se donne qu’une fois » et le chef d’état-major de l’armée de terre tempête que « l’éthique n’est pas une variable d’ajustement ! »

Le 12 octobre, une fois les faits établis, les deux hommes se présentent dans le bureau de Michèle Alliot-Marie, ministre de la Défense, où il est décidé de frapper très fort. D’autant que le président Jacques Chirac, chef des armées, aurait exigé des mesures spectaculaires. Le 17 octobre, le général Poncet est relevé de son commandement et relégué à la Direction du Renseignement militaire (DRM) comme chargé de mission, sous tutelle. Le général de Malaussène est suspendu, rappelé de Bosnie et nommé à Lyon sous l’autorité du commandant de la région Terre Sud-Est. Le colonel Burgaud, responsable du secteur d’opération, et l’adjudant-chef Rogel sont suspendus et tous sont renvoyés devant un conseil d’enquête et passibles de poursuites judiciaires.

Bilan : les « six hommes qui savaient », ceux qui ont commis le crime et ceux qui l’ont couvert, ont été sanctionnés. Les hommes ont fauté, l’armée les a punis avec force et au grand jour, au nom de l’éthique, de l’honneur et de la transparence. Fermez le ban. Sauf que l’affaire n’est pas terminée. Sur le terrain, où beaucoup d’hommes - médecins, aumôniers, soldats - ont su probablement très vite la réalité du crime. A Abidjan, ensuite, où le communiqué a été rédigé par les généraux et des assistants. En France, enfin, quand la rumeur courait et que les témoignages de ceux qui voulaient faire savoir ont été ignorés. Au point que le chef d’état-major particulier du président vient de lancer une enquête interne pour dresser la liste de ceux qui se sont tus, avec « d’autres sanctions à la clé, même si elles seront plus discrètes », dit un officier supérieur. Pourquoi a-t-on mis si longtemps pour savoir ?

Au-delà de l’horreur du crime et d’un chef qui décide de couvrir ses hommes, c’est la question qui taraude l’armée et son état-major. Malgré le nombre de témoins directs ou indirects, il aura fallu attendre cinq mois, une confession dans un couloir, un voyage au Chili et un général sourcilleux d’éthique pour que l’information, en passant par Rennes, fasse un très long chemin entre la Côte d’Ivoire et Paris.

Jean-Paul MARI - Le Nouvel Observateur du 19 novembre 2005

09/12/2012 + Procès Mahé : un militaire acquitté, trois autres condamnés avec sursis
"On n'est pas des salauds". C'est par ces mots qu'Eric Burgaud, ancien colonel des chasseurs alpins, a brièvement...
08/12/2012 + Affaire Firmin Mahé : pourquoi la Cour d'assises a bien jugé les 4 militaires accusés de meurtre
La Cour d'assises de Paris a prononcé vendredi un acquittement et de la prison avec sursis pour les quatre militaires français accusés du meurtre de...
07/12/2012 + La défense plaide l'humanité des soldats
Un fil rouge relie le "petit gradé" Ben Youssouf, pilote de blindé, le brigadier Schnier, son alter ego du 4e Régiment de chasseurs, l'adjudant-chef...
05/12/2012 + RFI : Affaire Firmin Mahé : «On a bien une confrontation entre la légalité et la légitimité»
En 2005, le colonel Cotard était porte-parole de la force Licorne à Abidjan. Il témoigne aujourd'hui au micro de Christophe Boisbouvier pour Rfi
30/11/2012 + Le Colonel Burgaud assume ses responsabilités de chef
Au troisième jour du procès de l'affaire Mahé, Nathalie Guibert pour Le Monde, retranscrit avec force et objectivité, les paroles du colonel Eric...
25/03/2005 - L'instabilite en Côte-d'Ivoire menace le processus de paix en mars 2005, l'attaque de Logouale
L'instabilite en Cote-d'Ivoire, retour sur l'attaque de Logouale - article du Monde en mars 2005
13/04/2005 - Ce qu'a vraiment fait la France en Côte-d'Ivoire à Abidjan en 2004
L’armée française a-t-elle fait un usage disproportionné de la force lors des affrontements d’Abidjan en novembre 2004 ? Les forces françaises...
25/03/2005 - Mars 2005, il faut sauver le processus de paix en Côte-d'Ivoire
Pour sauver le processus de paix qui est au point mort, tous les protagonistes de la crise ivoirienne, se rencontrent le vendredi 25 mars 2005, en...
14/12/2005 - Bouaké: le général Poncet met en cause Gbagbo
Bombardement de Bouaké : le général Poncet met en cause l'entourage de Laurent Gbagbo.
19/11/2005 - Enquête : mort de Mahé un coupeur de route !
Pourquoi a-t-il fallu cinq mois pour rompre le secret sur la mort de Firmin Mahé, tué par les militaires français en Côte-d’Ivoire ?
06/11/2005 - Pourquoi et qui a voulu tuer les 9 militaires français à Bouaké en novembre 2004 ?
Dimanche 6 novembre 2005 - Un an après le bombardement de Bouaké, les soldats de Licorne rendent hommage aux neuf militaires français tués.
05/05/2005 - Côte-d'Ivoire en 2005 : un pays au bord du gouffre
Ce rapport édité par Human Rights Watch le 5 mai 2005, soit 8 jours à peine avant la mort de Firmin Mahé, brosse un tableau très détaillé des...
05/05/2005 - Embargo sur les armes - Côte-d'Ivoire 2005
Les Nations Unies ont aussi un embargo sur les armes qu’elles ont appliqué aux deux camps dans le conflit ivoirien. Le Conseil de Sécurité a voté en...
05/05/2005 - Renforcer la présence des Nations-Unies - Côte-d'Ivoire 2005
Les attaques des milices contre les immigrés considérés comme des sympathisants des rebelles illustrent les problèmes rencontrés dans la protection...
05/05/2005 - Côte-d'Ivoire - Attaque sur Logoualé en février 2005
Dans la matinée du 28 février 2005, une force irrégulière de "patriotes" auto-proclamés a attaqué un poste avancé rebelle à l’extrême ouest explosif...
05/05/2005 - Côte-d'Ivoire - Offensive gouvernementale en novembre 2004
Au début du mois de novembre 2004, le cessez-le-feu de dix-huit mois entre le gouvernement de Côte d’Ivoire et les rebelles basés au nord, ainsi que...
02/12/2004 - Relève des soldats français en Côte d'Ivoire - Michèle Alliot-Marie Sénat 2004
Déclarations au Sénat de Michèle Alliot-Marie le 2 décembre 2004 sur les questions de Côte-d’Ivoire en particulier sur la question d’une relève des...
02/12/2004 - Professionnalisme militaires français en Côte-d’Ivoire - Michèle Alliot-Marie - Sénat 2004
Déclarations au Sénat de Michèle Alliot-Marie le 2 décembre 2004 sur les questions de Côte-d’Ivoire en particulier sur le professionnalisme des...
22/10/2012 - Afghanistan : blessures d'après-guerre
L'un s'est mis à brutaliser ses enfants. L'autre a sauté à la gorge d'un client au supermarché. Un troisième a tenté de se suicider. Pour les soldats...
22/10/2012 - Militaires - Traumatismes psychologiques - Témoignage
"PAPA, SI TU RETOURNES AU TRAVAIL, TU VAS ÊTRE MORT" Elle, est une jeune femme positive. Dans six mois, assure-t-elle, il ira mieux. Marie se tient...
Retour en haut de page