bouaké: général poncet

bouaké: général poncet

Bombardement de Bouaké : le général Poncet met en cause l'entourage de Laurent Gbagbo.

Vous êtes ici : 
Actualités
Bouaké: le général Poncet met en cause Gbagbo

Mercredi 14 décembre 2005

PARIS (AP) -- Le général Henri Poncet, ex-responsable de la Force Licorne, entendu vendredi dernier comme témoin dans l'enquête sur le ombardement de Bouaké en novembre 2004 par l'aviation ivoirienne, a désigné deux proches du président Laurent Gbagbo comme possibles commanditaires de cette attaque, a-t-on appris de source judiciaire.

Cette attaque s'est produite le 6 novembre 2004 lors de l'offensive des forces loyalistes contre les rebelles. Neuf soldats français, un civil américain ont été tués et une trentaine de militaires ont été blessés. Selon les déclarations du général Poncet à la juge d'instruction française Brigitte Raynaud, deux proches du président ivoirien pouvaient avoir intérêt à faire bombarder la base française: Edouard Seka Yapo et Kadet Bertin, respectivement ancien chef d'état-major de l'armée de l'air et conseiller spécial à la présidence. Cette attaque, puis les représailles de l'armée française qui s'en sont suivies, devait favoriser le déclenchement des manifestations en Côte d'Ivoire qui ont provoqué le départ de plus de 8.000 Occidentaux, a précisé le général Poncet, a-t-on ajouté de source judiciaire. L'officier général assure que les émeutes étaient parfaitement planifiées faisant remarquer que la mobilisation des jeunes patriotes (NDLR: les partisans de Laurent Gbagbo) était très bien organisée, a-t-on ajouté de même source. "Le nom des commanditaires commence à apparaître de manière de plus en plus précise", a estimé Me Jean Balan, l'un des avocats des victimes françaises.

Juste après l'attaque de l'enclave française, Paris ordonnera la destruction de la chasse ivoirienne. Le lendemain, quinze mercenaires originaires des pays de l'Est, seront arrêtés à l'aéroport d'Abidjan par les soldats français. Ces hommes, selon le général Poncet, composaient l'équipe de maintenance de la chasse ivoirienne et connaissaient l'identité des pilotes qui ont participé à l'attaque de Bouaké. Quatre jours plus tard, ils seront remis officiellement au consul de la Fédération de Russie, sous l'égide du Comité international des la Croix rouge (CICR). Le général Poncet a expliqué à la juge avoir reçu l'ordre de Paris de libérer les mercenaires, précisant qu'aucun service spécialisé français n'a procédé à leur audition. Le général Poncet précisera même n'avoir aucune instruction de l'état-major pour porter plainte après le bombardement pour qu'une enquête judiciaire détermine l'identité des auteurs du bombardement.

Pour l'ancien patron de la Force Licorne, leurs auditions, dans un cadre juridique approprié, aurait peut-être permis de déterminer quels avaient été les commanditaires de cette attaque. Les mercenaires n'ont jamais été entendus par la justice française. Le général sous-entend que la remise rapide des mercenaires slaves aux autorités russes est le résultat de tractations diplomatiques entre la France et leurs pays d'origine, à savoir la Russie, le Belarus et l'Ukraine. Une information judiciaire, ouverte en janvier 2005 au Tribunal aux armées de Paris (TAP) pour "assassinats et tentative d'assassinats", et confiée à la juge d'instruction Brigitte Raynaud.

Le général Henri Poncet a été mis en examen mardi pour "complicité d'homicide volontaire" dans l'enquête sur la mort d'un civil ivoirien, étouffé en mai 2005 dans un blindé français. Pour Me Balan, "l'affaire Mahé n'est qu'un écran de fumée pour dissimuler les incohérences du ministère de la Défense dans l'affaire de Bouaké". AP

Pierre-AntoineSOUCHARD - Agence France Presse - 14 dec 2005

09/12/2012 + Procès Mahé : un militaire acquitté, trois autres condamnés avec sursis
"On n'est pas des salauds". C'est par ces mots qu'Eric Burgaud, ancien colonel des chasseurs alpins, a brièvement...
08/12/2012 + Affaire Firmin Mahé : pourquoi la Cour d'assises a bien jugé les 4 militaires accusés de meurtre
La Cour d'assises de Paris a prononcé vendredi un acquittement et de la prison avec sursis pour les quatre militaires français accusés du meurtre de...
07/12/2012 + La défense plaide l'humanité des soldats
Un fil rouge relie le "petit gradé" Ben Youssouf, pilote de blindé, le brigadier Schnier, son alter ego du 4e Régiment de chasseurs, l'adjudant-chef...
05/12/2012 + RFI : Affaire Firmin Mahé : «On a bien une confrontation entre la légalité et la légitimité»
En 2005, le colonel Cotard était porte-parole de la force Licorne à Abidjan. Il témoigne aujourd'hui au micro de Christophe Boisbouvier pour Rfi
30/11/2012 + Le Colonel Burgaud assume ses responsabilités de chef
Au troisième jour du procès de l'affaire Mahé, Nathalie Guibert pour Le Monde, retranscrit avec force et objectivité, les paroles du colonel Eric...
05/05/2005 - Côte-d'Ivoire - Offensive gouvernementale en novembre 2004
Au début du mois de novembre 2004, le cessez-le-feu de dix-huit mois entre le gouvernement de Côte d’Ivoire et les rebelles basés au nord, ainsi que...
02/12/2004 - Relève des soldats français en Côte d'Ivoire - Michèle Alliot-Marie Sénat 2004
Déclarations au Sénat de Michèle Alliot-Marie le 2 décembre 2004 sur les questions de Côte-d’Ivoire en particulier sur la question d’une relève des...
02/12/2004 - Professionnalisme militaires français en Côte-d’Ivoire - Michèle Alliot-Marie - Sénat 2004
Déclarations au Sénat de Michèle Alliot-Marie le 2 décembre 2004 sur les questions de Côte-d’Ivoire en particulier sur le professionnalisme des...
22/10/2012 - Afghanistan : blessures d'après-guerre
L'un s'est mis à brutaliser ses enfants. L'autre a sauté à la gorge d'un client au supermarché. Un troisième a tenté de se suicider. Pour les soldats...
22/10/2012 - Militaires - Traumatismes psychologiques - Témoignage
"PAPA, SI TU RETOURNES AU TRAVAIL, TU VAS ÊTRE MORT" Elle, est une jeune femme positive. Dans six mois, assure-t-elle, il ira mieux. Marie se tient...
22/10/2012 - L'aprés-guerre - Traumatisme de soldats - Témoignage
"SAUVER CE QUI RESTE. MON FILS EN MORCEAUX" Ce ne fut pas une déception, mais de la peur, que Josyane a ressentie quand son fils Bertrand lui a dit...
22/10/2012 - Traumatismes de militaires après-guerre - Témoignage
"VOUS VOYEZ LES ANCIENS DU VIETNAM: IL EST DANS CET ÉTAT". "Schizophrénie avec troubles hallucinatoires." Le diagnostic a été posé sur Pierre, un...
07/11/2005 - La France empêtrée en Côte-d'Ivoire
Alors que l'armée française est secouée par la suspension du général Henri Poncet, à la suite de la mort d'un Ivoirien en mai 2005, un hommage...
14/12/2005 - Bombardement de Bouaké: Poncet désigne l'entourage du président ivoirien
Dans cet article, Le Figaro reprend la depêche de l'AFP du mercredi 14 decembre 2005. L'article explique les révélations du général Poncet qui...
19/12/2005 - «Affaire Poncet» et bombardement de Bouaké - le procureur Ange Kessy à Paris
Le media Abidjan.net annonce dans le cadre de l'«Affaire Poncet» et du bombardement de Bouaké la visite du procureur Ange Kessy à Paris. Cela...
03/03/2011 - Violences en Côte-d’Ivoire - Déclaration de l’Union européenne (mars 2011)
Déclaration de la Haute Répresentante de l’Union européenne pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurite et vice-présidente de la...
22/07/2010 - Affaire Mahé : quatre militaires, dont un colonel, renvoyés devant les assises
Quatre militaires français, dont le colonel Eric Burgaud, sont renvoyés devant les assises pour le meurtre de Firmin Mahé en Cote d'Ivoire, le 13 mai...
26/07/2012 - La dette de la Côte-d'Ivoire a été effacée
A l'occasion de la visite de son président à Paris, la dette de la Côte-d'Ivoire a été effacée. Au menu des discussions également, le processus de...
04/09/2012 - L'armée et l'ordre en zones de conflits
Dans le Figaro du 4 septembre 2012, l’ancien commandant de la Force d’action terrestre explique les obstacles à l’envoi de l’armée pour...
05/01/2006 - Eclairage sur le général Poncet
Henri Poncet est accusé d'avoir donné la consigne implicite d'exécuter Firmin Mahé, ce jeune Ivoirien tué en mai 2005 par des soldats français. Ce...
Retour en haut de page