affaire mahé quatre

affaire mahé quatre

Quatre militaires français, dont le colonel Eric Burgaud, sont renvoyés devant les assises pour le meurtre de Firmin Mahé en Cote d'Ivoire, le 13 mai

Vous êtes ici : 
Actualités
Affaire Mahé : quatre militaires, dont un colonel, renvoyés devant les assises

Jeudi 22 juillet 2010

Quatre militaires français, dont le colonel Eric Burgaud, sont renvoyés devant les assises pour le meurtre de Firmin Mahé en Côte d'Ivoire, le 13 mai 2005. En revanche, le général Henri Poncet, alors commandant de l'opération Licorne, fait l'objet d'une ordonnance de non-lieu, conforme aux réquisitions prises le 17 mai par le procureur du Tribunal aux armées de Paris (TAP). Le TAP est compétent pour les crimes et délits commis par des militaires français à l'étranger. La date du procès n'est pas encore connue.

L'adjudant-chef Guy Raugel du 4ème régiment de chasseurs est accusé d'avoir tué Firmin Mahé, un jeune "coupeur de route" ivoirien. Agé de 30 ans, Mahé avait été blessé lors d'un affrontement avec les militaires français. Au cours de son transfert vers l'hôpital de Man, il a été étouffé par ce sous-officier à l'aide d'un sac en plastique. Raugel a expliqué avoir agi sur ordre de son supérieur, le colonel Eric Burgaud (chef de corps du 13ème BCA) qui commandait alors le GTIA (bataillon) dans le secteur.

Le brigadier-chef Schnier, radio à bord du véhicule blindé léger (VBL) sera jugé pour complicité d'homicide volontaire, comme le colonel Burgaud. Le conducteur du VBL, Lianrifou Ben Youssouf, le sera pour le simple délit d'"omission d'empêcher la réalisation d'un crime". L'expertise avait pourtant montré qu'il ne pouvait voir ce qu'il se passait à l'arrière du VBL qu'il conduisait.

Le colonel Burgaud s'est justifié en expliquant avoir reçu l'ordre implicite de tuer Firmin Mahé de la part du général Henri Poncet. La juge d'instruction n'a visiblement pas été convaincu par ses explications, en accordant un non-lieu au général Poncet. Sa personnalité atypique, celle d'un lettré qui fut le patron des opérations spéciales, avait suscité des jalousies et des incompréhensions au sein de la hiérarchie de l'opération Licorne.

Mis en examen, Henri Poncet s'est vu reprocher par la hiérarchie militaire de ne pas avoir rendu compte suffisamment tôt à Paris. Sa carrière s'en est trouvé brisée.

Les quatre militaires renvoyés devant les assises ont tous quitté l'armée : le colonel Burgaud en mai 2008 et les trois autres très récemment entre décembre 2009 et juin 2010.

Cette affaire avait été rendue publique par le ministère de la Défense en octobre 2005.

Jean-Dominique Merchet - Libération - 22/07/2010

L'Association Les Amis d'Eric Burgaud et de sa famille
09/12/2012 + Procès Mahé : un militaire acquitté, trois autres condamnés avec sursis
"On n'est pas des salauds". C'est par ces mots qu'Eric Burgaud, ancien colonel des chasseurs alpins, a brièvement...
08/12/2012 + Affaire Firmin Mahé : pourquoi la Cour d'assises a bien jugé les 4 militaires accusés de meurtre
La Cour d'assises de Paris a prononcé vendredi un acquittement et de la prison avec sursis pour les quatre militaires français accusés du meurtre de...
07/12/2012 + La défense plaide l'humanité des soldats
Un fil rouge relie le "petit gradé" Ben Youssouf, pilote de blindé, le brigadier Schnier, son alter ego du 4e Régiment de chasseurs, l'adjudant-chef...
05/12/2012 + RFI : Affaire Firmin Mahé : «On a bien une confrontation entre la légalité et la légitimité»
En 2005, le colonel Cotard était porte-parole de la force Licorne à Abidjan. Il témoigne aujourd'hui au micro de Christophe Boisbouvier pour Rfi
30/11/2012 + Le Colonel Burgaud assume ses responsabilités de chef
Au troisième jour du procès de l'affaire Mahé, Nathalie Guibert pour Le Monde, retranscrit avec force et objectivité, les paroles du colonel Eric...
28/10/2005 - Affaire Poncet - Paris tente de calmer le jeu
Les autorités militaires tentent de calmer concernant le meurtre présumé d'un Ivoirien par des soldats français en Côte-d'Ivoire, qui a provoqué la...
20/10/2005 - Suspension du général Poncet
Le Patriote explique le 20 octobre 2005 pourquoi la ministre Michele Alliot-Marie a estimé que c’était nécessaire de limoger les militaires.
20/10/2005 - Côte-d'Ivoire: Suspension de Poncet mécontente les Français
Selon Abidjan.net, le 20/10/2005, la suspension du général Poncet, ancien commandant des troupes françaises en Côte-d'Ivoire, laisse indifférent les...
19/10/2005 - Général Poncet : une suspension qui secoue l’armée
Le site www.armees.com retranscrit un article du journal Le Monde sur la suspension du général Poncet et des autres militaires impliqués dans...
18/10/2005 - Suspension d'un général français : une information judiciaire a été ouverte
La suspension du général Poncet - juste nommé général trois étoiles - et des autres militaires impliqués fait scandale sur la place publique. On...
06/11/2012 - Côte d'Ivoire : découverte de fosses communes
  ABIDJAN, Côte d'Ivoire (Sipa-AP) -- De nouvelles fosses communes ont été découvertes en Côte...
18/10/2005 - Le général Poncet est suspendu
L’ancien chef de l’opération Licorne en Côte-d’Ivoire aurait couvert la mort suspecte d’un Ivoirien interpellé par des soldats français en mai...
25/03/2005 - L'instabilite en Côte-d'Ivoire menace le processus de paix en mars 2005, l'attaque de Logouale
L'instabilite en Cote-d'Ivoire, retour sur l'attaque de Logouale - article du Monde en mars 2005
13/04/2005 - Ce qu'a vraiment fait la France en Côte-d'Ivoire à Abidjan en 2004
L’armée française a-t-elle fait un usage disproportionné de la force lors des affrontements d’Abidjan en novembre 2004 ? Les forces françaises...
25/03/2005 - Mars 2005, il faut sauver le processus de paix en Côte-d'Ivoire
Pour sauver le processus de paix qui est au point mort, tous les protagonistes de la crise ivoirienne, se rencontrent le vendredi 25 mars 2005, en...
14/12/2005 - Bouaké: le général Poncet met en cause Gbagbo
Bombardement de Bouaké : le général Poncet met en cause l'entourage de Laurent Gbagbo.
19/11/2005 - Enquête : mort de Mahé un coupeur de route !
Pourquoi a-t-il fallu cinq mois pour rompre le secret sur la mort de Firmin Mahé, tué par les militaires français en Côte-d’Ivoire ?
06/11/2005 - Pourquoi et qui a voulu tuer les 9 militaires français à Bouaké en novembre 2004 ?
Dimanche 6 novembre 2005 - Un an après le bombardement de Bouaké, les soldats de Licorne rendent hommage aux neuf militaires français tués.
05/05/2005 - Côte-d'Ivoire en 2005 : un pays au bord du gouffre
Ce rapport édité par Human Rights Watch le 5 mai 2005, soit 8 jours à peine avant la mort de Firmin Mahé, brosse un tableau très détaillé des...
05/05/2005 - Embargo sur les armes - Côte-d'Ivoire 2005
Les Nations Unies ont aussi un embargo sur les armes qu’elles ont appliqué aux deux camps dans le conflit ivoirien. Le Conseil de Sécurité a voté en...
Retour en haut de page