michèle alliot-marie rappelle

michèle alliot-marie rappelle

L'ancienne ministre de la défense a témoigné, mardi 4 décembre, au procès des militaires poursuivis pour le meurtre de l'Ivoirien Firmin Mahé.

Vous êtes ici : 
Actualités
Michèle Alliot-Marie rappelle le contexte «particulier» d'intervention des militaires en...

Mardi 4 décembre 2012

C’est dans une salle comble et parfaitement silencieuse que Michèle Alliot-Marie est venue à la barre. Entendue en tant que témoin dans l’affaire « Mahé », l’ancienne ministre de la défense a d’emblée précisé que les faits jugés ici étaient « inacceptables, totalement contraires au règlement militaire mais aussi à la morale et à l’éthique ».

LES MILITAIRES FRANÇAIS, PROTECTEURS DES POPULATIONS LOCALES
Elle a toutefois immédiatement rappelé le contexte « particulier » d’intervention de la Force Licorne en Côte d’Ivoire en 2005. « De très nombreuses exactions contre les populations s'y déroulaient », a concédé Michèle Alliot-Marie. Et d’ajouter, se souvenant de ses déplacements sur le terrain : « Les militaires français étaient ressentis comme les garants de la sécurité et de la protection des populations. J’ai vu dans les villages les témoignages qui leur étaient adressés ».

Comme d'autres avant elle, Michèle Alliot-Marie est revenue sur les nombreux viols, rackets et assassinats commis par les « coupeurs de route ». « Certains étaient arrêtés et se retrouvaient dans les villages quelques jours, voire quelques heures après, créant un fort sentiment d’impunité dans la population ». C'est dans ce contexte que les militaires français ont décidé de mettre Firmin Mahé hors d'état de nuire.

UN MANDAT ONUSIEN INADAPTÉ
Interrogée sur le cadre juridique d’intervention des militaires en Côte d’Ivoire, Michèle Alliot-Marie a reconnu que le mandat de l’ONU « n’était pas particulièrement adapté » au contexte géopolitique de l’époque. Plusieurs hauts-gradés avaient alors réclamé la nomination d’un administrateur international susceptible de donner des suites judiciaires aux arrestations des «coupeurs de route». Sans succès. « Je suis intervenue à plusieurs reprises auprès du responsable des opérations de maintien de la paix, assure l'ex-ministre. Je n’ai pas obtenu gain de cause ». En creux, et par-delà l'indéniable responsabilité incombant aux militaires, c'est bel et bien la responsabilité du pouvoir politique qui est ici posée.

DÉSOBÉIR À UN ORDRE MANIFESTEMENT ILLÉGAL
Interrogée sur le fait de savoir si, en cas d’acquittement, les militaires actuellement jugés pourraient demander à réintégrer l’armée, Michèle Alliot-Marie a longuement hésité avant de répondre : « C’est la justice qui décide d'un acquittement… S’ils étaient reconnus innocents, c’est une demande qui serait acceptable ». Elle a toutefois tenu à rappeler qu’en cas d’ordre manifestement illégal -comme ce fut le cas dans «l’affaire Mahé» - les militaires savaient qu’ils avaient « l’obligation de désobéir ».

Marie BOËTON - La Croix du 4 décembre 2012

09/12/2012 + Procès Mahé : un militaire acquitté, trois autres condamnés avec sursis
"On n'est pas des salauds". C'est par ces mots qu'Eric Burgaud, ancien colonel des chasseurs alpins, a brièvement...
08/12/2012 + Affaire Firmin Mahé : pourquoi la Cour d'assises a bien jugé les 4 militaires accusés de meurtre
La Cour d'assises de Paris a prononcé vendredi un acquittement et de la prison avec sursis pour les quatre militaires français accusés du meurtre de...
07/12/2012 + La défense plaide l'humanité des soldats
Un fil rouge relie le "petit gradé" Ben Youssouf, pilote de blindé, le brigadier Schnier, son alter ego du 4e Régiment de chasseurs, l'adjudant-chef...
05/12/2012 + RFI : Affaire Firmin Mahé : «On a bien une confrontation entre la légalité et la légitimité»
En 2005, le colonel Cotard était porte-parole de la force Licorne à Abidjan. Il témoigne aujourd'hui au micro de Christophe Boisbouvier pour Rfi
30/11/2012 + Le Colonel Burgaud assume ses responsabilités de chef
Au troisième jour du procès de l'affaire Mahé, Nathalie Guibert pour Le Monde, retranscrit avec force et objectivité, les paroles du colonel Eric...
18/10/2005 - Suspension d'un général français : une information judiciaire a été ouverte
La suspension du général Poncet - juste nommé général trois étoiles - et des autres militaires impliqués fait scandale sur la place publique. On...
06/11/2012 - Côte d'Ivoire : découverte de fosses communes
  ABIDJAN, Côte d'Ivoire (Sipa-AP) -- De nouvelles fosses communes ont été découvertes en Côte...
18/10/2005 - Le général Poncet est suspendu
L’ancien chef de l’opération Licorne en Côte-d’Ivoire aurait couvert la mort suspecte d’un Ivoirien interpellé par des soldats français en mai...
25/03/2005 - L'instabilite en Côte-d'Ivoire menace le processus de paix en mars 2005, l'attaque de Logouale
L'instabilite en Cote-d'Ivoire, retour sur l'attaque de Logouale - article du Monde en mars 2005
13/04/2005 - Ce qu'a vraiment fait la France en Côte-d'Ivoire à Abidjan en 2004
L’armée française a-t-elle fait un usage disproportionné de la force lors des affrontements d’Abidjan en novembre 2004 ? Les forces françaises...
25/03/2005 - Mars 2005, il faut sauver le processus de paix en Côte-d'Ivoire
Pour sauver le processus de paix qui est au point mort, tous les protagonistes de la crise ivoirienne, se rencontrent le vendredi 25 mars 2005, en...
14/12/2005 - Bouaké: le général Poncet met en cause Gbagbo
Bombardement de Bouaké : le général Poncet met en cause l'entourage de Laurent Gbagbo.
19/11/2005 - Enquête : mort de Mahé un coupeur de route !
Pourquoi a-t-il fallu cinq mois pour rompre le secret sur la mort de Firmin Mahé, tué par les militaires français en Côte-d’Ivoire ?
06/11/2005 - Pourquoi et qui a voulu tuer les 9 militaires français à Bouaké en novembre 2004 ?
Dimanche 6 novembre 2005 - Un an après le bombardement de Bouaké, les soldats de Licorne rendent hommage aux neuf militaires français tués.
05/05/2005 - Côte-d'Ivoire en 2005 : un pays au bord du gouffre
Ce rapport édité par Human Rights Watch le 5 mai 2005, soit 8 jours à peine avant la mort de Firmin Mahé, brosse un tableau très détaillé des...
05/05/2005 - Embargo sur les armes - Côte-d'Ivoire 2005
Les Nations Unies ont aussi un embargo sur les armes qu’elles ont appliqué aux deux camps dans le conflit ivoirien. Le Conseil de Sécurité a voté en...
05/05/2005 - Renforcer la présence des Nations-Unies - Côte-d'Ivoire 2005
Les attaques des milices contre les immigrés considérés comme des sympathisants des rebelles illustrent les problèmes rencontrés dans la protection...
05/05/2005 - Côte-d'Ivoire - Attaque sur Logoualé en février 2005
Dans la matinée du 28 février 2005, une force irrégulière de "patriotes" auto-proclamés a attaqué un poste avancé rebelle à l’extrême ouest explosif...
05/05/2005 - Côte-d'Ivoire - Offensive gouvernementale en novembre 2004
Au début du mois de novembre 2004, le cessez-le-feu de dix-huit mois entre le gouvernement de Côte d’Ivoire et les rebelles basés au nord, ainsi que...
02/12/2004 - Relève des soldats français en Côte d'Ivoire - Michèle Alliot-Marie Sénat 2004
Déclarations au Sénat de Michèle Alliot-Marie le 2 décembre 2004 sur les questions de Côte-d’Ivoire en particulier sur la question d’une relève des...
Retour en haut de page